Association Duchamps-Libertino

"Communauté Citoyenne pour la Paix rurales et urbaines"

project image
Total des dons 1 000 CHF
Domaine du projet :Education
Région du projet :Africa
Pays du projet :Congo, The Democratic Republic of The
Langues : Français

Résumé du projet

Résumé du projet

"COMMUNAUTES CITOYENNES RURALES ET URBAINES POUR LA PAIX"
Programme d'éducation pour la paix et pour l'autonomisation des populations fragilisées

Nom : "Communautés Citoyennes pour la Paix" (rurale de Diaki et urbaine de Matete)
Depuis 2016, la situation politique et sociale en RDC, déjà très dure auparavant, se dégrade. 95 % de la population est sans travail et les familles mangent un repas par jour si elles le peuvent. Grâce au démarrage de notre programme, les participants peuvent déjà se nourrir correctement et voir leur avenir avec plus de sérénité
Plusieurs membres de la "Communauté de Médiateurs pour la Paix", une trentaine de familles de la Commune de Matete et dix familles  du village de Diaki participent à ce programme d'autonomisation et d'éducation pour la paix.
Nous souhaitons créer notre premier "Village de Médiateurs pour la Paix" dans la commune de Diaki. Cela permettra aux participants de quitter petit à petit la ville de Kinshasa qui devient de plus en plus difficile et dangereuse. Les habitants de Diaki ont très bien accueilli la "Communauté de Médiateurs" et deviennent des partenaires actifs (par leur savoir de paysans). D'ailleurs, une dizaine de familles bénéficie déjà des récoltes de nos terrains, prochainement les enfants et les jeunes du village de l'École d'Éveil Philosophique ainsi que du Centre d'apprentissage.
Les membres plus âgés de Matete, ne participant pas aux travaux agricoles de Diaki, écouleront le surplus des récoltes en gérant un magasin dans leur quartier

Deux lieux :  Village de Diaki, Territoire de Kasangulu, District Lukaya, Province du Kongo Central  et Commune de Matete, Kinshasa.
Nombres de participants : entre 270 et 300 personnes
Au sein de la "Communauté de médiateurs", responsables et formateurs :
Willy Masaka, William Akoneta, Michel Kanku et Charlène Muzola

Trois terrains (2 ha pour l'agriculture et 1 ha pour les constructions : déjà en notre possession) permettront :
De nourrir un grand nombre de personnes.
D'ouvrir une "École d'Éveil Philosophique" pour les enfants et les adolescents du village de Diaki qui vivent dans une grande misère et doivent souvent travailler pour nourrir leur famille.
De construire un centre d'apprentissage pour les jeunes du village.
Bénéficiaires
Membres de la "Communauté de Médiateurs" et leur famille, Familles de Matete, familles, enfants et adolescents de Diaki, jeunes en difficultés.
Soutien officiel
Monseigneur Tshisungo, Président du Sinode urbain, Monseigneur Mossi, vice-Président du Synode Urbain.
Grégoire Nsitwayizatadi, Responsable des coordinateurs des écoles  conventionnées protestantes de l’Église du Christ au Congo
Début du programme : 2014


LE BUT DE CE PROGRAMME
Mettre en place un programme d'éducation pour la paix au sein de 3 groupes d'habitants, partenaires de la "Communauté de Médiateurs pour la Paix" dont plusieurs membres leur enseignent déjà les "Valeurs Fondamentales".
Aider nos partenaires à bénéficier du bon état d'esprir afin de gérer la suite du programme.

Permettre
à la "Commuauté de Médiateurs" et à ses différents partenaires de Matete et de Diaki de se nourrir et de créer des revenus en vendant le surplus de ses récoltes.
Former une communauté autonome, créative et solidaire (spirituellement et financièrement) prenant conscience de ses dons et de sa capacité à devenir autonome.
D'ouvrir un magasin dans la commune de Matete pour nourrir les familles des plus âgés (suprlus des récoltes, artisanat, etc.).
Supprimer la violence engendrée par le désespoir et le sentiment d'être abandonné de tous.

http://www.martinelibertino.ch/fr/enseignement/afrique/kinshasa-rdc

TEMOIGNAGES
Témoignage d'un jeune avant de participer au programme
Nous les jeunes, rien n’est prévu pour nous. l’État nous traite de voyous, de fous ; même quand on fait de la musique. Nous sommes abandonnés, négligés. Il n’y a pas de formation, rien ici. On condamne les Kuluna (bande de jeunes des rues). Oui, mais j’ai vécu dans leur quartier ! Je connais leur réalité que l’État ignore. Dans une masure, vous êtes 10 personnes. Les parents veulent que vous alliez à l’université pour les prendre en charge. Ils sont démissionnaires, nous abandonnent comme le gouvernement. On ne parle plus le même langage. Il faut rencontrer les bonnes personnes car, dans la rue, il n’y a pas de bonnes personnes. On se méfie de tout le monde. Dans la rue, on a un principe : pas d’amour parce que l’amour nous rend faibles

Willy Masaka, Responsable du programme
En dehors des missions, nous continuons l’enseignement afin de maintenir un état d’esprit solidaire et constructif au sein des deux groupes et des familles. Les membres de la “Communauté Citoyenne pour la Paix” témoignent de leur mise en pratique des “Valeurs Fondamentales”. Avant mon arrivée, un conflit a été évité par une rapide prise de conscience partagée alors que, dans le passé, des affrontements incessants tourmentaient l’ensemble des habitants
Témoignage de la "Communauté de Médiateurs"
Mars 2016 Éviter les conflits du passé et répondre aux objectifs acceptés par tous : prise en charge de leur vie et de celle de leur communauté, compréhension du rôle qu’une population peut jouer pour le développement et l’évolution de son pays, enfin, à terme, liberté de choix et autonomie matérielle supprimant la dépendance à l’aide internationale. Seuls ces critères ont permis l’amour et la solidarité régnant aujourd’hui au sein de nos “Communautés pour la paix”
Octobre 2016 Nous avons constitué notre première pépinière (manguier, bananiers, avocatiers, safoutier, ananas, orangers, citronniers, mandariniers, mangoustan, papayer, coeur de boeuf, bouture de manioc). En ces temps si difficiles, grâce au terrain, nous avons tous pu manger à notre faim

Galerie de photos
En haut : "Mamans" de la "Communauté Citoyenne" de Matete.
En bas : Enfants de Diaki devant notre terrain - Une famille de Diaki participant au programme agricole pose avec Willy masaka - Membres de la "Communautés de Médiateurs" et partenaires sur le terrain - Portraits de quelques "mamans" de la "Communauté Citoyenne" de Matete.

Budget et les sources de financement de ce projet

Budget pour l’année en cours : USD 20'725
USD 209'920 sur trois ans

Le budget détaillé

Galerie de photos du projet

project image project image project image project image
project image project image project image project image
project image project image project image project image

Nouveaux projets

"Communauté Citoyenne pour la Paix rurales et urbaines"

by Association Duchamps-LibertinoThu Jun 22 2017

Programme d'éducation pour la Paix et d'autonomisation


Pour sortir de la violence "Cours d'Eveil Philosophique" pour enfants et adolescents de 6 à 25 ans

by Association Duchamps-LibertinoFri Oct 4 2013

Se prendre en main, retrouver sa dignité, être solidaire au sein des familles et des écoles du camp Kokolo

Donateurs non anonymes

Affiché à partir de trois donateurs quand au moins un est non anonyme
Facebook